La vue, le nez et le goût

La dégustation d’un vin est un processus qui doit être suivi scrupuleusement pour être parfait. Considérée comme personnelle et propre à chacun, la dégustation obéit tout de même à quelques règles.

En la matière, il convient de prendre en compte les bases de la dégustation. Quelle est l’importance de la vue, du nez et du goût pour la dégustation d’un vin ?

Première étape : la vue

Pour savoir comment déguster un vin, il est important de considérer plusieurs éléments en particulier, et notamment la vue.

Un examen visuel en première étape vous donnera quelques informations sur la robe du vin (autrement dit sa couleur) et vous indiquera si le vin est plutôt concentré ou s’il ne l’est pas.

On estime tout de même qu’il existe des cépages (à l’instar du grenache) qui donnent un vin charpenté. C’est surtout au moment de la dégustation à l’aveugle que le vin vous donnera toutes les indications sur son âge et son niveau de qualité.

Au moment de l’examen visuel, regardez principalement les reflets du vin avant de regarder sa couleur en elle-même.

Deuxième étape : l’odorat

la vue le nez et le gout

Dans un premier temps, sentez le vin sans l’aérer (il s’agit du premier nez) ni sans bouger le verre.

Vous allez alors repérer les premiers défauts du vin et savoir s’il est vraiment de piètre qualité.

A cette étape, l’examen par l’odorat ne donne que peu de résultats et les arômes sont peu présents. Dans un second temps, aérez le vin afin de l’ouvrir et de décupler ses arômes.

Produit vivant, le vin réagit lorsqu’il est aéré. Si vous ne sentez rien de particulier, cela signifie que le vin mérite encore un peu d’aération afin de dévoiler toutes ses caractéristiques.

N’hésitez pas à déplacer votre nez dans le verre afin de découvrir des arômes nouveaux. On relève trois sortes d’arômes : primaires (provenant du cépage), secondaires (provenant de la fermentation) et tertiaires (venant de l’élevage).

Troisième étape : le goût

Il s’agit de la dernière étape et sans doute de la plus importante. Tournez le vin en bouche quand vous le dégustez pour en analyser toutes les subtilités.

Vous pouvez également aspirer de l’air en même temps que vous buvez votre vin afin de l’aérer davantage. Trois étapes se distinguent dans la dégustation : la prise en compte de la puissance du vin (phase d’attaque), le milieu de bouche et l’étape finale.

Cette dernière permet de savoir vers quelles saveurs particulières le vin évolue ainsi que sa durée de persistance en bouche. Un grand vin se reconnaît à sa capacité à rester en bouche pendant longtemps sans difficulté.