Appellation : Alsace Gewurztraminer

Avec l’appellation Alsace Gewurztraminer, on entre dans le club des vins qui font la notoriété du vignoble alsacien.

Considéré comme un cépage noble, très aromatique, certains diront même exubérant, le gewurztraminer est à la base de la production de vins blancs secs, mais aussi moelleux ou liquoreux, les fameux « vendanges tardives » ou « sélection de grains nobles ».

Issu de la famille des traminers, comme le savagnin rose, il est présent en Alsace depuis le XVIème siècle. C’est toutefois dans la seconde moitié du XIXème siècle qu’il a pris son envol.

Et les amateurs de vins riches et séduisants sont toujours au rendez-vous.

Une progression inexorable

1870 est une date importante pour le vignoble alsacien puisqu’elle marque un tournant majeur : à partir de cette année-là, le cépage traminer est massivement remplacé par sa forme plus aromatique, le gewurztraminer.

La surface de plantation ne cessera ensuite de progresser. A titre d’exemple, à la fin des années 1960, la surface plantée était de 1945 hectares.

Dans les années 2010, elle s’établit à 2928 hectares, soit 18% du vignoble et en fait le second cépage le plus cultivé en Alsace derrière le riesling.

Il est important de rappeler que le gewurztraminer fait partie des cépages qu’on retrouve au sein de l’appellation Alsace grand cru.

Sur la surface totale plantée, environ 2500 hectares appartiennent à l’appellation Alsace gewurztraminer (à distinguer de l’appellation Alsace grand cru), créée par le décret du 3 octobre 1962, complété par celui du 30 juin 1971.

Les mentions « vendanges tardives » et « sélection de grains nobles » sont encadrées par un décret de 1984.

Situation géographique et terroirs

On retrouve le gewurztraminer sur l’ensemble du vignoble alsacien, du nord au sud, soit 119 communes.

On peut le retrouver dans la plaine d’Alsace mais c’est un cépage qui s’épanouit en coteaux, sur des sols constitués de roches anciennes, plutoniques et métamorphiques, telles le granite, le gneiss ou l’ardoise.

Les parcelles sont généralement en pente très raide. Le bas des pentes est souvent constitué de couches de calcaire, ce que le gewurztraminer, cépage très dynamique, apprécie.

Cela lui permet de donner des rendements importants qu’il revient aux viticulteurs de maîtriser. Ainsi, si le rendement maximal autorisé tourne autour de 80 hectolitres à l’hectare, la production réelle observée est de l’ordre de 59 hectolitres à l’hectare.

Sec, moelleux ou liquoreux, l’élaboration du gewurztraminer et ses accords gastronomiques

Le processus de vinification du gewurztraminer pour produire un vin blanc sec est classique, avec foulage des raisins, débourbage, fermentation alcoolique avec levures indigènes.

L’élevage, d’environ neuf mois, se fait en cuves, foudres ou barriques de chêne. Les vins dits « vendanges tardives » sont produits à partir de raisins cueillis en surmaturité, d’où une présence plus importante de sucres et alcool qui les rendent moelleux.

Les moûts doivent avoir une teneur minimale de 243 grammes de sucre par litre et, pour ce type de vin, la chaptalisation est interdite.

Un vin dit « sélection de grains nobles » est issu de récoltes par tris successifs de grains atteints de pourriture noble, phénomène qui concentre les sucres à l’intérieur des grains et produit des vins très concentrés, qu’on qualifie de liquoreux.

La teneur minimale des moûts en sucres doit être de 279 grammes par litre. L’Alsace gewurztraminer sec présente une robe dorée très soutenue.

Au nez, c’est un intense bouquet dominé par la rose, le litchi et la bergamote qui vous attend. En bouche, une minéralité discrète sur l’attaque cédera vite la place à des saveurs de fruits et des notes épicées qui évoquent le poivre ou la girofle.

Les « vendanges tardives » présentent une palette aromatique similaire encore plus intense, du fait de la teneur en sucres plus importante, la minéralité cède le pas à des arômes de miel.

Les « sélection de grains nobles », plus sucrés, présentent au nez une dominante de fruits confits. En bouche, les écorces d’orange, la pâte de coing enrobent le palais avec une finale longue et liquoreuse.

La richesse aromatique du gewurztraminer fait que certains le réservent à l’apéritif pour profiter de toutes ses saveurs.

Il peut toutefois très bien se marier avec des plats de poisson ou avec la viande porc. Sa texture épicée en fait un très bon compagnon pour la cuisine exotique, indienne ou chinoise.

Au fromage, il accompagnera volontiers un munster. Les « vendanges tardives » peuvent s’accorder au foie gras et plus encore avec les desserts aux fruits.

Les «sélections de grains nobles » sont avant tout des vins de plaisir, à accorder avec des orangettes ou un moelleux au chocolat. Les Alsace gewurztraminer présentent un très grand potentiel de garde.

De 5 à 15 ans pour les vins secs, de 8 à facilement 25 ans pour les « vendanges tardives » et « sélection de grains nobles ». On parie que vous salivez déjà, vous avez raison