Appellation : Alsace Muscat

Le muscat blanc à petits grains, le muscat Ottonel et, de façon marginale, le muscat rose à petits grains, sont les cépages qui donnent vie à l’appellation Alsace Muscat qui, en compagnie des appellations Alsace Riesling, Alsace Gewurztraminer et Alsace Pinot Gris complète le carré des appellations issues de cépages nobles.

Arrivés en ordre dispersé et à diverses époques dans la région, les cépages muscat produisent des vins assez rares et, par conséquent, qui méritent d’être recherchés.

Des origines et implantations diverses

Le muscat blanc à petits grains, qu’on appelle aussi muscat de Frontignan, trouve, comme son surnom l’indique, ses origines en Méditerranée. Répandu depuis l’Antiquité par les Romains, il est implanté en Alsace à partir du XVIème siècle.

Le muscat Ottonel, lui, est plus récent. Découvert dans la vallée de la Loire au XIXème siècle, on commence à le cultiver en Alsace dans la seconde moitié de ce même siècle.

L’appellation Alsace Muscat, créée comme les autres par le décret du 3 octobre 1962, complété par celui du 30 juin 1971, ne va pas, malgré son classement parmi les appellation issues de cépages nobles, connaître d’expansion importante.

Ainsi, après ce classement, la surface plantée, toutes variétés de muscat comprises, s’établissait à 340 hectares. Aujourd’hui, elle est de 350 hectares, ce qui représente seulement 2% de la surface du vignoble.

Variété des terroirs

Le muscat, tous types confondus, peut être cultivé sur l’ensemble du vignoble, du nord au sud, sur les 119 communes qui le composent. Contrairement aux autres cépages nobles, la répartition de ses implantations est assez égale entre la plaine d’Alsace et sa fertilité importante et les coteaux sous-vosgiens à l’ensoleillement plus généreux et aux sols plus secs.

Toutefois, le muscat blanc à petits grains montre une préférence pour les sols à dominante calcaire quand le muscat Ottonel, lui, réclamera un sol où, à ce même calcaire se mêle l’argile. En outre, le muscat Ottonel, hybride du chasselas, est un cépage fragile et précoce.

Les rendements de l’appellation Alsace Muscat sont donc assez faibles. En effet, si la législation, comme pour les autres cépages, autorise un rendement maximum de 80 hectolitres à l’hectare, le rendement réel observé s’établit en moyenne à 52 hectolitres à l’hectare quand les autres vins de l’appellation Alsace tournent autour de 70 hectolitres à l’hectare.

Cette faible production ajoute au caractère rare de l’appellation. Quant aux deux variétés (le muscat rose à petits grains, étant, on le rappelle encore une fois, marginal), si elles présentent un profil légèrement différent, trouvent une belle complémentarité une fois assemblées.

Harmonie en bouteille et joli vin pour les gastronomes

L’épanouissement du muscat blanc à petits grains sur des sols calcaires lui donne un caractère aromatique couplé avec une acidité marquée à même d’apporter équilibre et longueur au vin. Le muscat Ottonel se charge d’apporter des arômes encore plus intenses.

Etant naturellement moins acide que son compère, l’assemblage trouve tout son sens. La vinification est classique, avec pressurage délicat, débourbage, fermentation malolactique avec levures indigènes.

L’assemblage des deux cépages se fait généralement avant vieillissement en cuves, barriques ou foudres pour une durée de 6 à 9 mois. Il faut d’ailleurs préciser que la qualité d’un Alsace Muscat se mesurera à l’habileté du vigneron pour trouver le bon dosage entre les proportions des deux variétés qui entreront dans son élaboration.

A l’oeil, l’Alsace Muscat présente une robe jaune clair. Au nez, c’est un vin qui, fait notable, évoque le raisin mûr et frais, En bouche, le muscat d’Alsace, qui est, contrairement aux vins du sud de la France produits à partir du même cépage, un vin blanc sec, propose un croquant exceptionnel qui vous donne l’impression de mordre dans le fruit lui-même.

Notons que l’Alsace Muscat peut se décliner en « vendanges tardives » ou « sélection de grains nobles », vins issues de raisins en surmaturité pour les premiers ou de grains atteints de pourriture noble pour les seconds. Ils sont toutefois rares car, s’ils présentent des taux de sucre supérieurs, les vins ont tendance à perdre en partie les arômes muscatés qui font tout le charme de l’Alsace Muscat.

Ce sont alors des vins dans lesquels s’expriment des notes d’abricot et de fruits confits au nez et, en bouche, une belle ampleur avec des notes qui rappellent le raisin de Corinthe. Pour les fins gastronomes, l’Alsace Muscat est un allié de choix.

A l’apéritif, il s’accommodera à merveille des acras de crevettes. Sa délicatesse en fait un vin tout trouvé pour accompagner les plats à base de légumes, qu’ils soient cuits ou crus, ce qui en fera un vin prisé des végétariens.

Les « vendanges tardives » et « sélection de grains nobles » seront parfaits avec des crêpes flambées ou un flan à la noix de coco. Un petit côté exotique des plus agréable.