Appellation : Alsace Pinot blanc ou Klevner

Avec l’appellation Alsace Pinot blanc, plusieurs précisions préalables sont nécessaires pour bien comprendre de quoi il est question : Klevner est le nom alsacien du pinot blanc, et ne doit surtout pas être confondu avec le klevener de Heiligenstein, cépage distinct qui donne son nom à une autre appellation alsacienne.

Comme l’appellation ne l’indique pas, l’Alsace Pinot blanc est en fait un vin d’assemblage des cépages pinot blanc et auxerrois.

Enfin, si le pinot blanc est aujourd’hui le cépage principal utilisé pour l’élaboration du crémant d’Alsace, l’appellation Alsace pinot blanc désigne bien, elle, un vin blanc sec tranquille.

Après ces précisions, partons à la découverte de l’appellation.

Deux cépages pour un seul vin

Le pinot blanc et l’auxerrois doivent être distingués l’un de l’autre. Le premier est issu d’une mutation ancienne du pinot gris (XVème siècle).

Il est, comme les autres membres de la famille des pinots, originaire de Bourgogne et a été introduit en Alsace à la fin du moyen-âge.

L’auxerrois est lui un clone du pinot blanc, originaire de Lorraine, et introduit en Alsace au XXème siècle. L’ampélographe Pierre galet l’appelait « gros pinot blanc », pour pointer à la fois son origine et sa caractéristique de cépage très productif.

Si le pinot blanc et l’auxerrois, considérés ensemble, représentent aujourd’hui le troisième cépage le plus planté en Alsace, la majorité de sa culture profite à la production du crémant d’Alsace.

L’appellation Alsace pinot blanc a été créée par le décret du 3 octobre 1962, complété par celui du 30 juin 1971.

Rendements et caractère

Le pinot blanc est classé parmi les cépages productifs, ce qui le distingue des cépages nobles (riesling, gewurztraminer, pinot gris et muscat), considérés comme ceux étant à la base des meilleurs vins d’Alsace.

Comme les autres cépages de cette catégorie, sa culture, si elle peut se rencontrer sur l’ensemble du vignoble du nord au sud et ses 119 communes, se fait en majorité dans la plaine d’Alsace, même si certaines parcelles sont plantées en coteaux.

La grande fertilité de la plaine est à la base des hauts rendements observés, et c’est encore plus vrai pour le pinot blanc que pour tous les autres cépages puisque, si les rendements autorisés sont généralement de 80 hectolitres à l’hectare, on peut observer des rendements réels qui dépassent légèrement ce seuil, ce qui est un record en Alsace.

La mention complémentaire « sans limite de plafond » trouve ici tout son sens. Il faut toutefois préciser que, encore une fois, ces rendements intègrent la culture de raisins qui, in fine, serviront à la production de crémant d’Alsace et pas seulement de vin blanc sec non pétillant.

Ils n’en démontrent pas moins l’extrême vigueur du pinot blanc, et plus encore de l’auxerrois et pointent la possible hétérogénéité qu’on peut rencontrer à la dégustation de divers Alsace pinot blanc, la proportion d’auxerrois utilisée et la volonté ou non de maîtriser les rendements étant des critères à prendre en compte.

Et, si la méthode de vinification est classique et respecte les grandes étapes que sont le pressurage, le débourbage et la fermentation alcoolique avec levures indigènes, le choix de l’élevage n’est pas neutre.

Il peut se faire en barriques ou en cuves et, dans ce dernier cas, un vin non marqué par le bois présentera un caractère plus singulier

Description et accords et mets et vins

Si l’Alsace pinot blanc est considéré comme inférieur aux vins issus de cépages nobles, quand la proportion de pinot blanc et d’auxerrois est le fruit d’une réflexion rigoureuse, que la qualité a été privilégiée au volume et que l’élevage en cuve a été choisi, on obtient un vin d’une grande finesse.

Une robe jaune pâle le caractérise, le nez est discret mais exhale de délicates notes de fruits qui évoquent la pomme et la pêche.

En bouche, c’est un vin nerveux qui se révèle étonnement complexe. Une belle minéralité, gage de longueur et de persistance, laisse filtrer de délicates notes de miel, de pomme et d’orange.

L’Alsace pinot blanc n’est pas à proprement parler un vin de garde et sera à déguster dans les cinq ans suivant sa mise en bouteilles.

A table, il accompagnera toutes les étapes du repas. A l’apéritif, il sera à l’aise avec de petits canapés salés et sa belle acidité stimulera avantageusement les papilles.

En plat principal, ce sera un très bon compagnon pour une quiche lorraine ou une tarte à l’oignon, un plateau de fruits de mer, des spätzle ou encore une blanquette de veau.

Au dessert, faites simple et accordez-le avec une glace au citron par exemple. L’Alsace pinot blanc, s’il reste un vin blanc sec considéré comme léger est surtout un excellent rapport qualité prix lorsque vous tombez sur une belle cuvée élaborée avec soin. A ne surtout pas négliger.