Appellation : Ajaccio

Evoquer l’appellation Ajaccio, c’est parler d’un lieu où, plus qu’ailleurs, la relation entre les éléments pose son empreinte. Entre mer et montagne, le vignoble de l’appellation, qui s’étend sur les coteaux autour de la ville d’Ajaccio, au sud de la Corse, tisse un paysage splendide baigné par un soleil généreux.

2900 heures d’ensoleillement par an, record national. Un ensoleillement tempéré par les vents portés par la Méditerranée qui permet au sciaccarello, cépage autochtone, d’offrir des vins rouges de caractère qui dominent l’appellation, qui produit en complément vins blancs et rosés.

Longue tradition, appellation récente

C’est au moment de la création et de l’expansion de la ville d’Ajaccio que se développe une culture viticole. Les écrits les plus anciens faisant mention du vignoble ajaccien datent du XVIème siècle et à la fin du XIXème siècle, la superficie du vignoble était de 230 hectares, preuve de sa vigueur.

Pourtant, peut-être faut-il y voir une marque de l’esprit frondeur ou méfiant de la Corse vis à vis de l’Etat, il faudra attendre 1967 pour que les vignerons locaux réfléchissent à la pertinence d’obtenir une AOC.

Trois années de discussions seront nécessaires pour rédiger un cahier des charges, bâti autour de trois piliers : unité de lieu, mode de production, histoire commune. Une fois les dernières discussions pour délimiter l’appellation terminées, celle-ci voit le jour en avril 1971.

Elle s’appellera Coteaux d’Ajaccio, nom révisé en 1984 pour devenir tout simplement Ajaccio. Près de 40 ans plus tard, l’appellation, de l’avis général, ne cesse de progresser, constat qui vient couronner l’initiative des pionniers.

Terroir et climat naturellement liés

L’appellation Ajaccio couvre aujourd’hui 243 hectares, une surface relativement faible qui aurait pu constituer une difficulté pour la faire exister dans le méandre des appellations françaises, mais les vignerons ont décidé de passer outre et l’évolution de la notoriété de l’appellation leur donne raison.

Le vignoble s’étend sur le territoire de 35 communes situées autour d’Ajaccio sur des coteaux à dominante granitique. Les vins rouges et rosés représentent 90% de la production, les 10% restants étant des vins blancs, ce qui fait d’Ajaccio une appellation aux trois couleurs.

Le cépage principal des vins rouges est, comme déjà mentionné le sciaccarello. Il doit représenter, en assemblage, au minimum 60% des cépages présents. Parmi les cépages complémentaires, on retrouve le carignan ou le carcajolo.

Le cépage principal des vins blancs est le vermentino et doit, dans le cas d’un assemblage, représenter au minimum 80% de la cuvée. Parmi les cépages complémentaires, on retrouve entre autres l’ugni blanc. La situation du vignoble de l’appellation crée des conditions idéales pour la production de vins de qualité. Les coteaux qui accueillent les vignes sont à une altitude oscillant entre 300 et 350 mètres.

En plus du sol granitique très propice à la vigne, celle-ci bénéficie des effets du soleil, tandis que les vents venus de la mer évitent une chaleur excessive. Hivers cléments, équilibre entre soleil et fraîcheur humide, ce cocktail évite tout risque de gel et, au printemps, la propagation des maladies.

Par conséquent, les vignes de l’appellation présentent un état sanitaire exceptionnel. Avec des rendements raisonnables qui oscillent entre 45 et 50 hectolitres à l’hectare, tout est réuni pour offrir de beaux vins.

Elaboration, caractère et accords

Après vendange, les raisins dédiés aux vins rouge sont foulés, l’extraction est délicate pour préserver la finesse du cépage sciaccarello et effectuée en cuves béton.

L’élevage s’effectue en fût de chêne pour une durée souvent longue, de 16 mois, qui peut aller jusqu’à 24 mois. Le rosé est obtenu par une macération de quelques heures des raisins avant saignée et débourbage à froid.

L’élevage se fait en cuves. Les raisins blancs sont pressurés, débourbés à froid. La fermentation alcoolique se fait en cuves inox thermo-régulées, l’élevage en cuves pour une durée de 9 mois au maximum. Les vins rouges, réputés pour être le fleuron de l’appellation, présentent une robe rubis intense.

Au nez, ce sont les fruits rouges mûrs et les épices qui dominent. En bouche, la structure tannique est présente mais sans agressivité, les arômes de fruits rouges en font un vin gourmand et gouleyant. Les rosés ont une robe claire, un nez où dominent la fraise et la framboise, une bouche marquée par la fraîcheur, la tonicité et des notes acidulées.

Les blancs présentent une robe jaune pâle, un nez où on devine la poire et l’amande. La bouche révèle une belle minéralité agrémentée de notes florales (fleur d’oranger, acacia). En cuisine, un Ajaccio rouge sera à privilégier sur une grillade d’agneau ou un fromage corse.

Un Ajaccio rosé accompagnera volontiers une planche de charcuterie corse ou un poisson, un Ajaccio blanc sera à son aise avec une paella, un poisson grillé, des fromages doux. De vrais vins de plaisir pleins de personnalité.