Appellation : Roussette-de-bugey

La Roussette de Bugey est l’une des trois appellations d’origine contrôlée de Bugey, à l’est du département de l’Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Il s’agit d’une production de vin blanc relativement petite, mais qui s’accorde parfaitement avec la gastronomie locale et limitrophe.

L’histoire de la Roussette de Bugey

Aujourd’hui AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), la Roussette de Bugey était, avant octobre 2002, reconnue comme AOVDQS, une vin de qualité supérieure. Cette reconnaissance historique depuis 1958, fait suite à une alternance de périodes fastes et de périodes de disettes qui ont émaillées le vignoble depuis sa création par les moines au 12ème siècle.

La Roussette de Bugey tire son nom de la variété de raisins utilisée pour sa conception, la roussette, aussi connue sous le nom d’altesse, ainsi que du nom de la région de culture, les terres de Bugey.

En moyenne par an, la production de Roussette du Bugey atteint 992 hectolitres, à savoir 620 hectolitres de roussette du Bugey, auxquels s’ajoutent 372 hectolitres des deux appellations géographiques associées : 315 hectolitres de Roussette du Bugey « Montagnieu » et 57 hectolitres de Roussette du Bugey « Virieu-le-Grand ». Le rendement global tourne autour de 44 hectolitres par hectare.

Le terroir associé à la Roussette de Bugey

La Roussette du Bugey est un vin blanc produit sur une superficie de 12,9 hectares fortement morcelée. L’aire d’appellation s’étend sur 64 communes, parmi lesquelles Ambérieu-en-Bugey, Belmont, Chavornay, Cuzieu, Saint-Alban, ou encore Seyssel et Talissieu.

Situé au sud du Jura, le Bugey dispose d’un relief montagneux plissé, partiellement karstifié. Les cépages y sont cultivés sur des pentes formés d’éboulis argilo-calcaires datés entre le Jurassique et le Crétacé (de moins 201,3 millions d’années à moins 66 millions d’années), et de dépôts morainiques.

La région dispose d’un climat semi-continental, avec des étés chauds et des précipitations importantes. Les hivers sont marqués bien qu’un peu adoucis par les influences océaniques qui viennent s’échouer aux pieds des montagnes.

L’appellation Roussette de Bugey compte deux dénominations géographiques :

  • La Roussette de Bugey « Montagnieu » qui s’étend sur 8 hectares entre les communes de Briord, de Montagnieu et de Seillonnaz.
  • La Roussette de Bugey « Virieu-le-Grand » qui couvre 1,22 hectares sur la commune de Virieu-le-Grand.

Les caractéristiques des vins Roussette de Bugey

Il y a encore peu de temps, il était possible d’ajouter à la Roussette de Bugey le cépage chardonnay, aujourd’hui ce n’est plus le cas ce qui en fait un vin mono-cépage. Le raisin utilisé mûrit tardivement et donne des rendements assez faibles malgré une forte résistance à la pourriture.

Il s’agit d’un vin blanc plutôt sec, minéral, qui se boit frais, à une température de cave oscillant entre 10 et 12°C. Il présente une robe jaune paille de tons variables. Au nez, on y distingue principalement des notes de fleurs blanches, alors qu’en bouche, l’attaque est vive et la matière dense et fraîche.

Le cru sélectionné de « Montagnieu » présente, quant à lui, une robe plus marquée et des notes plus complexes de fruits secs et d’arômes floraux, toujours avec un fond de minéralité caractéristique. Il s’agit d’un vin fin et bien structuré qui offre une belle fraîcheur en bouche.

La Roussette du Bugey « Virieu-le-grand » dispose elle aussi de ses caractéristiques propres. Son nez rappelle des mélanges de truffe, de fruits secs et de fruits confits et il diffuse en bouche des notes fraîches et agréables. Il s’agit d’un vin de garde que l’on peut conserver en cave plus de 5 ans en fonction de la qualité des millésimes.

La Rousette de Bugey et la gastronomie

La roussette de Bugey s’accorde particulièrement bien à la gastronomie locale de l’Ain et des Savoie. Grenouilles, poissons, écrevisses, charcuteries, fromages, gibiers et volailles, le terroir dispose d’une telle variété gastronomique qu’il n’est pas difficile d’y associer les vins locaux.

L’aspect frais et minéral marqué de la Roussette du Bugey font qu’elle s’accorde très bien aux poissons et aux crustacés, mais aussi aux spécialités fromagères comme la raclette et la fondue. On sert le vin dans un verre à vin blanc de type « bourgogne » pour une bonne tenue et aération.

Les exceptionnelles variétés de parfums de la Roussette du Bugey « Montagnieu » lui permettent d’être associée à tous les plats : apéritifs, entrées, plats principaux et fromages. On citera par exemple l’accord du vin avec les beignets de pommes de terre savoyards, la tarte au Beaufort, la croziflette ou les diots de Savoie.

Pour ce qui est de La Roussette du Bugey « Virieu-le-grand », on l’accorde traditionnellement avec des volailles fortes comme une volaille de Bresse pochée ou rôtie, mais aussi avec des poissons d’eau douce (truites, ombles, etc) et des fromages à pâte dure comme le Comté.